Musiques populaires et musiques savantes au XVIIIe siècle
recherche et diffusion

MACEOU LE FARCEUR

Histoires de vie en Vallée de Haute-Siagne durant la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle
d'après le recueil d'histoires rapportées par Gaston POTEUR édité par TAC-Motifs Grasse
édité à l'occasion du Festival de Haute-Siagne 2009, « Belli gens, escoutas ! » ou Le 19e siècle en histoires, danses et chansons
"Au XIXe siècle à St Cézaire, des musiciens jouaient aussi des bourrées à trois temps ...
mais c'étaient des étrangers.
"
Gaston POTEUR

Préambule

Mon père Gaston (1907 - 1989), a souvent voulu raconter, à mes deux frères et moi, les histoires que lui avait racontées sa grand-mère et celles qu’il avait vécues jeune, alors qu’il vivait à Saint-Cézaire.

Mais bien entendu, comme tous les jeunes, nous ne prenions jamais le temps de l’écouter... (moi, je n’écoutais que celles qui parlaient de musique et de danses !)

Alors ma mère lui a conseillé de les écrire... mais en quelle langue ? En patois local, puisque ses grands-parents ne parlaient que cela, même s’il ne le parlait pas lui-même en famille puisque la consigne nationale était de parler français aux enfants.

Il faut savoir que ce dialecte n’a pas grand-chose à voir avec la langue provençale littéraire qui a été fixée par le poète provençal Frédéric Mistral et ses amis durant la 2ème moitié du XIXe siècle. Ce patois n’ayant jamais été écrit, Gaston décida de l’écrire comme il l’entendait. Grâce à ses écrits, il aura tout de même transmis ses mémoires.

Ces courtes histoires parlent de farces ou d’anecdotes pouvant se retrouver sous différentes variantes dans d’autres régions, mais l’humour qui en ressort est plutôt spécifique d’une part à cette région située autour des gorges de la Siagne (il était d’usage de se moquer des habitants des villages voisins), et d’autre part à l’époque de ces histoires (fin XIXe siècle et début XXe siècle).

Ce recueil se termine par des descriptions d’événements importants du village : les moulins, la création de la coopérative, la culture des olives et la fête du village . À noter que cette fête, comme dans tous les villages de France, a lieu en l’honneur de son saint local, « Saint-Ferréol » pour Saint-Cézaire, et ce n’est qu’à partir de 1925 que cette fête est devenue une « fête provençale ».

Françoise BOIS POTEUR
directrice artistique du Festival de Haute-Siagne
musicienne interprète et chercheuse en ethnomusicologie historique

Ouvrage (avec CD audio et DVD) disponible : sur demande à l'association "La Vielle dans tous ses États" :  - 06 18 96 64 42

Nos remerciements à :
Marcelle Ardisson
Marcel Raybaud
Max Steque et son épouse
Yvonne Bonhomme
Josette Dozol-Leloup
pour leurs lectures, traductions, commentaires,
témoignages et photos anciennes.
Cartes postales anciennes :
Jean-Pierre Storr
Réalisation des montages :
Flore Bois
et Françoise Bois Poteur
Lectures en français :
Renaud Bois

Production : association « La Vielle dans tous ses États en Provence »
  CONTACT  : Courriel / tél. +33 (0)6 18 96 64 42 / site www.centrepatrimoineimmateriel.fr